Fédération des Alpes-de-Haute-Provence

Fédération des Alpes-de-Haute-Provence
Accueil
 
 
 
 

CR du 36 Congrès à Paris Depeuille Jeannette

 

Un peu à l’image des grèves de 1936, des bals improvisés dans les usines occupés ma participation à ce congrès aura fait figure de parenthèse, de détente et ne rougissons pas de plaisir… J’avoue sans rougir.

Plaisir de découvrir les camarades «du 04» plaisir de rire de nos poétiques gaucheries de ruraux un peu perdus dans le métro, et plaisir de se retrouver le soir dans les petits bistrots de St Denis, qui accueillaient chaleureusement nos débats sur des sujets d’actualité comme par exemple la parité. Les Camarades du 04 c’était Alain, Stéphane, Joseph, Robert, Monique et Jeanette. Autant dire que la parité a été le sujet privilégié le féminisme aussi a été abordé vraiment rien à redire les camarades masculins ont particulièrement veillé à l’épanouissement des camarades féminins. Être communiste ! Ca  fait du bien. Premier jour, sous la neige et dans le froid on s’est finalement pas tant perdu. Itinéraire ? Toujours à gauche. Même les idées. Station de métro Jules Guesde» Personne sait qui c’est, mais un camarade suggère que les petits panneaux à vocation culturelle remplace les affiches commerciales. Quelle bonne idée.

Puis l’émotion par les lieux et les rues métro «Front Populaire» quartier St Denis, le contact avec l’histoire qui résonne avec la mienne. Enfin les docks anciennes usines, qui maintenant abritent Kookaï, Quick et pour 3 jours le 36 ème Congrès du PCF… Tout ça et pour moi un peu trop «privé». Mais c’est parti pour le Rock’NRoll. 10 H première prise de parole, organisation impeccable et de bonnes nouvelles 23000 nouveaux adhérents au parti en 4 ans. La relève, pour repenser la civilisation et l’humanité et comme le dira Pierre Laurent «Porter haut notre idée de ça politique». La force du partage agir ensemble entre camarades, solidaires, nous avons envie de construire, solide face un monde ou le superficiel, l’éphémère et le jetable séduisent. Le coeur se réchauffe, je comprends maintenant le sens du mot puissant, camarades de Digne et j’enlève mon amendement. Puis 3 images, 3 visages de femmes 3 intellectuelles Kurdes, lâchement assassinées pour leurs idées ça c’est passé ici à Paris il y a quelques semaines. Il est grand temps en effet, de rallumer les étoiles et de combattre la haine et faire s’agenouiller la barbarie. 

Cet acte symbole de la bassesse humaine, de l’intégrisme religieux, fera paraitre bien dépassé le débat sur la faucille et le marteau, ainsi que celui du Front de Gauche, dernier sujet qui sera soldé par les mots heureux et étonnés d’une jeune militante qui avait participé au meeting du Prado «Sans ce rassemblement, je n’aurais jamais su que j’étais communiste».

Réchauffement de notre humanité aussi par le passage à la tribune de l’ambassadeur de Palestine, Issa N’Diaye (Convergence patriotique du Mali) et les différents représentants des différents partis communistes du monde entier.

Réchauffement accentué, par l’arrivée de Marie Georges Buffet et l’annonce de la victoire d’un combat du PC «Le droit au mariage pour tous».

Plaisir aussi du partage des idées et d’entendre les confessions comme celle du camarade Pierre Dar «Mon propre engagement, doit autant à Marx qu’a Hugo ou Aragon «Agir et changer les conditions de l’existence au plus concret, au plus sensible».

«S’adresser à la raison, s’adresser aux corps, aux intelligences aux imaginaires» «Sachons varier les accents» des poètes ces communistes ? Certes et des poètes rock. Tel à été d’ailleurs le parti pris d’écriture de cet «humanifeste» Parti pris qui a permis de séduire, intéresser et enfin rentrer dans les discussions de fond.

Quand aux poèmes rock avec mes camarades du 04 ça a été jusqu’à la fin de notre voyage. Pertes de camarades dans le métro, retrouvailles dans un bistrot pour satisfaire nos appétits d’ogres et boire de la bière et pourquoi pas puisqu’on est ou pas Rock’NRoll et nous l’étions… courir sur le quai pour attraper le train… Bien évidement sans savoir si nos 2 camarades Robert et Joseph étaient bien arrivés à rentrer ?

Puis enfin, nous tous réunis tous rockers qu’on était tous bien contant de rentrer sous la neige fatigués mais encore le coeur déchainé.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
26, Rue Alphonse Richard - 04000 Digne les Bains - Tél.: 04 92 31 01 20 - Fax : 04 92 31 31 35 Mail.: fede.04@wanadoo.fr - info.comm04@orange.fr